La musique d'orgue de la fin du XVIème siècle en Italie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La musique d'orgue de la fin du XVIème siècle en Italie

Message par Admin le Jeu 14 Avr - 20:11

Durant toute la première moitié du XVIème siècle, l'orgue n'a été sollicité que comme instrument accompagnateur de l'office liturgique. Quand bien même les organistes avaient pour habitude de transcrire pour clavier les plus célèbres compositions chorales, aucune œuvre n'était composée proprement pour l'instrument. Il faut attendre le dernier tiers du siècle pour voir apparaître, en un nombre croissant, des pièces exclusivement instrumentales et principalement pour les instruments à claviers. Et c'est en Italie que cette floraison de musique nouvelle est la plus conséquente: de nombreux compositeurs tels Andrea (c.1533-1585) et Giovanni Gabreli (c.1554/1556-1612) ou Adriano Banchieri (1568-1634) vont contribuer à la formation de nouveaux genres.
La Canzona est particulièrement représentatif de cette pensée instrumentale émergente. Le nom de canzona désignait d'abord, en Italie, la transcription - souvent agrémentée de très nombreux ornements - pour clavier d'une chanson polyphonique, d'une frottola ou d'un madrigal. On désignait les transcription de chanson parisienne, alors très prisées dans la péninsule, par le nom spécifique de "canzone alla francese". Ce genre de transcription fidèle se poursuit d’ailleurs tout au long du siècle. En 1543, Girolamo Cavazzoni publie son Intavolatura cioe recercari canzoni himni magnifacti dans lequel il propose des arrangements de très célèbres chansons française (comme Il est bel et bon de Pierre Passereau) mais à un point remaniées que le modèle n'est plus reconnaissable. Dans son ouvrage sur la musique de la Renaissance, La musique de la Renaissance en Europe (1400-1600), Allan W.Atlas remarque que "[...], Cavazzoni traite son modèle comme le ferait un compositeur qui l'utiliserait comme matériau de base d'une messe-parodie". Ce n'est que durant le dernier quart du siècle que les compositeurs envisagent un genre qui ne prendrait pas appui sur un matériau vocale préexistant. Cette dernière forme de Canzona se divise souvent en parties contrastées et joue sur l'alternance de passages en imitation (qu'il soit écrit en fuga reali ou en fuga imaginaria) et de passages homorythmiques ou en homorythmie décalée. En outre, les compositeurs se plaisent à donner des surnoms comme "La Solda", "La Morata", "Irene", etc. à leurs canzone.

Liens vers la catégorie Canzone de la Renaissance pour orgue sur le site IMSLP: http://imslp.org/index.php?title=Category:Canzonas&intersect=Renaissance**For_organ&transclude=Template:Catintro

Admin
Admin

Messages : 2
Date d'inscription : 13/04/2016
Age : 17

Voir le profil de l'utilisateur http://musiquerenaissance.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum